MAIRIE DE SAINTE-SAVINE
1, rue Lamoricière
CS 40132
10303 Sainte-Savine Cedex
Tél : 03.25.71.39.50
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.


ACCUEIL MAIRIE
Du lundi au Jeudi :

8h30-12h / 13h30-17h30
vendredi  : 8h30-12h / 13h30-17h

ETAT CIVIL
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
Tél : 03.25.71.39.60
Du lundi au jeudi : 9h-12h / 13h-17h30
vendredi : 9h-12h / 13h-17h
Samedi (ouvert uniquement les 1er et derniers samedis du mois)
9h-11h45

Histoire


HistoriquePatrimoineHistoire de rues

 

SAINTE-SAVINE : 10.640 habitants (au 1er janvier 2016)

Sainte-Savine, chef-lieu de canton, a grandi à l’ombre de Troyes mais n’en a pas moins sa propre histoire. À l’époque préhistorique, le territoire de notre commune est habité par les Celtes (ou Galls) avant qu’ils soient refoulés par les envahisseurs désignés sous le nom de Belges. La Gaule était déjà riche et les Tricasses vivaient nombreux sur notre sol. Savinien, jeune Grec né à Samos, vint dans les gaules et en 271 s’installa à Foi-Cy pour y accomplir son apostolat. L’empereur Aurélien le poursuivit au village de Rilly (actuellement Rilly-Ste-Syre) où un soldat lui trancha la tête.

Savine, la soeur de Savinien, ne se consolant pas de l’absence de son frère, entreprit le voyage des gaules. En apprenant la mort de Savinien à un mille de Troyes, elle défaillit et mourut. Ragnégisile, Évêque de Troyes, ayant une véritable dévotion pour elle, y fit édifier au 7e siècle, un oratoire, autour duquel se construisit le village de Sainte-Savine, à l’emplacement de l’église actuelle. Pendant les guerres de religion, les récoltes du finage de Sainte-Savine seront ravagées, les maisons incendiées, des pillards rançonneront les habitants. L’église actuelle de Sainte-Savine date de cette époque (1540).

Avant la Révolution, la paroisse est sous l’obédience de l’abbaye de Montier La Celle.
Les habitants, laboureurs, manouvriers ou vignerons constituent une population de 372 habitants qui possède une école. Le 17 mars 1789, les habitants âgés de 25 ans, inscrits au rôle des contributions prirent part à l’élection des députés à l’assemblée préliminaire du Tiers Etat pour le baillage de Troyes. Ils désignèrent pour les représenter Jean MOSLE et Basile PAYN qui après la Révolution devinrent respectivement le 19 janvier 1790 Maire et Procureur de la Commune.

Sainte-Savine au XXIe siècle
Aujourd’hui, Sainte-Savine compte 10.640 habitants, sur une superficie de 759 hectares. Pour desservir toutes les habitations, environ 59.000 mètres de voirie sont nécessaires. 2.676 élèves sont scolarisés dans les différents établissements + de 700 élèves dans le primaire, 700 dans les collèges et 1.200 aux lycées.

 

PATRIMOINErevenir en haut

Sainte-Savine conserve de l’époque de son essor, lors de la seconde moitié du XIXe siècle et de la première partie du XXe siècle, un patrimoine bâti considérable (habitat, usines et ateliers) qui marque encore profondément l’identité de la commune. Dans l’optique de jouer un rôle plus actif dans la conservation et la mise en valeur de ce patrimoine, le Conseil Municipal a décidé la mise à l’étude d’une Aire pour la mise en Valeur de l’Architecture et le Patrimoine (AVAP).

L’Église

Entre 626 et 637 Ragnegisile, 17e Évêque de Troyes, fit élever un oratoire en l’honneur de Sainte-Savine sur un terrain lui appartenant. Au 16e siècle, la construction de l’église débute et s’achève au 17e. Plusieurs fois détruite et réédifiée, en 1789, elle est encore entourée du presbytère et du cimetière qui sera ensuite déplacé à la fin du XIXème siècle.

L’Extérieur

Le portail d’ordre Corinthien date de 1611, a été construit par les deux frères BAUDROT, maîtres maçons. Les vitres datent de 1630.
A l’origine on pouvait voir une vierge, Sainte-Savine et Maximiniole sa servante.
Les statues : Après les travaux de restauration, seule Sainte Savine, qui a perdu son bâton de pèlerin, se trouve en haut du portail.
Coté sud à droite, Notre dame de Pitié (1641) ; à gauche un Christ de Pitié (16e siècle) ont été déposées, dégradées par les intempéries, elles seront peut-être remplacées par des copies.
Coté nord la porte a été murée.
Les cloches : Le Beffroi renferme trois cloches dont la plus grosse «Marguerite» date du 17e siècle et pèse 1.300 kg. La seconde «Marthe Joséphine» fondue en 1893 pèse 900 kg. La petite «Amélie Henriette» donne la note «sol» et pèse 600 kg. En 1934 le sonneur sera remplacé par la fée Électricité.

L’Intérieur

Le tombeau de Ragnégisile, dans la première chapelle est un sarcophage de pierre sculptée datant de l’époque mérovingienne.

Au total 16 chapelles comportent des verrières du XVIIe au XIXe siècle représentant plusieurs scènes saintes. Dans la 3e chapelle sud un vitrail représente l’arbre de Jessée. L’orgue a été installé le 26 avril 1870 par les facteurs Charles ROBIN et fils. En 1930, Y. BOSSIER facteur d’orgues à Dijon, vint au secours du souffleur en posant un ventilateur électrique.
La rénovation complète confiée aux établissements Michel Merklin et Khun de Lyon fut réceptionnée le 12 novembre 1981.
La Tribune de l’orgue fut installée en 1618.
Les fonts baptismaux sont situés dans la 2e chapelle du bas coté sud. La sacristie se trouve dans la 8e chapelle. La chaire qui est fixée au 4e pilier de la nef vers le bas coté sud, datant de 1626, a été réalisée par Noël Fournier maître menuisier à Troyes. Le grand autel est en bois peint et date du 17e siècle.
Le 30 mai 1901 une malveillance est à l’origine de l’incendie de l’autel. Une veilleuse qui brûlait aurait été retrouvée à terre et aurait mis le feu au drap de l’autel. L’Abbé Vivien n’en parla pas mais la rumeur parla et une enquête de police fut ouverte.
La loi du 9 décembre 1905 annonce la séparation de l’Église et de l’État. L’inventaire de la fabrique a lieu le 13 février 1906. En 1907 le conseil municipal s’oppose au classement de l’église comme monument historique.
Le 6 octobre 1910 les biens de l’église sont attribués au bureau de bienfaisance. C’est à cette époque que fut portée l’inscription : « RÉPUBLIQUE FRANÇAISE LIBERTÉ - ÉGALITÉ - FRATERNITÉ. PROPRIÉTÉ COMMUNALE ». Celle-ci subsista jusqu’à la restauration de l’église en 1989.
Le 28 septembre 1923, à l’occasion de la réfection du clocher, une boite de plomb scellée, datant de 1549 est découverte sous le coq.
Le 31 octobre 1923, le chanoine Tinturier scelle dans une enveloppe en plomb une ampoule de verre contenant un parchemin précisant que le clocher a été restauré en 1923.
Le 25 septembre 1925 a lieu l’inauguration de l’horloge électrique du clocher montée par M. Cotelle.

 

HISTOIRES DE RUErevenir en haut

De nombreuses rues, ainsi que des équipements de Sainte-Savine portent des noms de personnalités. Souvent, ce nom évoque aussitôt quelque chose à notre esprit ; d’autres rien de précis. Certaines voies ont été baptisées du nom d’un ancien maire.

Les Maires de Sainte-Savine depuis 1790

  • Mosle Jean 1790-1793
  • Pimbert Claude 1793-1799
  • Damoiseau Claude 1799-1800
  • Josse Pierre 1800-1801
  • Mosle Jean 1801-1811
  • Debreuil Patris 1811 6 mois
  • Mosle Jean 1811-1813
  • Lebrun Louis 1813-1814
  • Collot Claude 1814 6 mois
  • Lange Louis 1814-1815
  • Bodie Jacques 1815-1826
  • Boutard Etienne 1826-1830
  • Gris René 1830 1837
  • Janet Jacques 1837-1875
  • Bardot Nicolas 1875-1876
  • Piat Nicolas 1876 6 mois
  • Bardot Nicolas 1877-1878
  • Piat Nicolas 1878 6 mois
  • Chaperon Pierre 1878-1881
  • Piat Nicolas 1881-1888
  • Diderot Michel 1888-1892
  • Bizot De Charmois P. 1892-1893
  • Blanche Pierre 1893-1896
  • Laroche Eugène 1896-1904
  • Berniolle Raymond 1904-1929
  • Payeur Achille 1929-1930
  • Prin Marcel 1930-1939
  • Barbuat Henry 1939-1944
  • Thierry Gabriel 1944-1971
  • Steffan Paul 1971-1975
  • Boudinet Pierre 1975-1977
  • Girard Maurice 1977-1983
  • Coillot Alain 1983-2001
  • Arnaud Jean-Jacques depuis mars 2001

 

Quelques rues saviniennes

 

Amitié, rue de l’
Ancienne voie privée, dénommée ainsi par le premier propriétaire. Lors de son incorporation dans le domaine public, le nom n’a pas été modifié par le Conseil municipal.

Berlioz, Hector rue
(La Côte-Saint-André, 1803 - Paris, 1869)
Compositeur français.
Ses oeuvres sont caractérisées par la somptuosité de l’écriture orchestrale et la puissance dramatique.
OEuvres: Les Troyens, Roméo et Juliette notamment

Bert Paul, rue
(Auxerre 1833 - Hanoî 1886)
Physiologiste et homme politique français

Billy, Edmond rue
(Conseiller municipal né en 1860, décédé en 1905)
Billy frères et Cie, 45 et 62 route de Sens

Bizet Georges, rue
(Paris 1838 - Bougival 1875)
Compositeur français
Il écrivit pour le théatre lyrique des oeuvres pleines d‘entrain et de pittoresque. OEuvres : Les pêcheurs de perles, Carmen, l’Arlésienne, notamment.

Blanc Louis, rue
(Madrid 1811 - Cannes 1882)
Homme politique et Historien français.

Blanche Pierre, rue
(1821-1902)
Proçès verbal du 4 octobre 1909.
Le Conseil municipal décide que la rue de l’Ouest sera dénommée rue Blanche Pierre, ancien maire de Sainte-Savine de 1893 à 1896, et bienfaiteur de la Ville

Branly, Edouard
Inventeur

Calmette, rue du Docteur
(Nice 1863 - Paris 1933)
Bactériologiste français, créateur de l’Institut Pasteur

Chanteloup, rue de
Plusieurs hypothèses se chevauchent concernant le sens du lieu.
- soit Cantus Lupus: le plus simple
Au 17e siècle, les loups étaient dans la ville et Chanteloup était à la limite du finage. Bien que ce terme ne soit pas le plus prouvé, le bon sens voudrait qu’il soit néanmoins accepté.
- on retrouve le terme“Chialoe“ dans Chanteloup «Cantaloe» soit le champ aux alouettes.

Concorde, rue de la
Nom donné le 24 juillet 1941,
Parallèlement à la rue de l’Union, synonyme du rassemblement vu la période vécue en cette époque.

Darsonval Léon , rue
Au début du XXe siècle, Léon Darsonval fut l’un des premiers aérostiers aubois. Son travail d’historien en la matière demeure encore aujourd’hui une référence.

Elisa, rue
Incorporée dans le domaine public, la rue Elisa porte le nom de l’ancienne voie privée.
Elisa était le prénom de la fille de M. André Rothier, de la «villa Rothier», sise à Troyes.
Celui-ci céda gratuitement la dite rue à Sainte-Savine, le 23/09/1954.

Ferry Jules, rue
(1832 - 1893)
Proçès verbal du 25 mars 1912
Homme d’état français, ministre de l’institution publique.

Flammarion Camille, rue
(Montigny le Roi, Haute Marne, 1842 - Juvisy-sur-Orge, 1925)
Astronome français.
Auteur de nombreux ouvrages de vulgarisation, parmi lesquels une célèbre “Astronomie populaire“ (1879).

Gallieni, avenue Général
En août 1914, le Général Gallieni, Gouverneur de Paris, mobilise les célèbres « taxis de la Marne » afin d’envoyer des troupes contre von Kluck. Il contribue ainsi au début de l’offensive victorieuse qui stoppe l’invasion allemande. Le maire savinien de l’époque, Raymond Berniolle, précise : « Les Allemands étaient à Mailly et si la bataille de la Marne avait été retardée d’un jour ou deux, les hostilités, avec toutes leurs calamités, auraient été portées chez nous. Sainte-Savine et l’Aube doivent à Gallieni une reconnaissance spéciale.»

Guilbaud, rue du Commandant
Officier de marine, aviateur historique.

Guynemer Georges, rue
Capitaine d’aviation, héros de la première guerre mondiale. À l’origine rue privée (rue des Alpes) incorporée au domaine public le 2 septembre 1933.

Lamartine Alphonse de, rue
(1790 - 1869)
Poète et homme politique français.

Lavoisier, rue
(Paris 1743 - idem 1794)
Savant et administrateur français.
Fondateur de la chimie moderne, découvrit la composition de l’air et de l’eau.

Médéric, rue Gilbert (Védy)
Héros de la Résistance

Montgolfier, rue
Les frères de Montgolfier : Industriels et inventeurs français.
- Joseph de Montgolfier :
Vidalon-lès-Annonay, Ardèche, 1740 - Balaruc-les–Bains, Hérault, 1810
- Étienne de Montgolfier :
Vidalon-lès-Annonay, Ardèche, 1740 - Serrieres, Ardèche, 1799.
Ils inventèrent le ballon à air chaud, ou montgolfière (1783), inventèrent aussi le bélier hydraulique ou machine servant à élever l’eau (1792). Étienne rénova la technique de la papeterie, introduisant en France les procédés hollandais ainsi que la fabrication du papier velin.

Rouget de l’Isle, rue
(Lons le Saunier 1760 - Choisy le Roi 1836)
Compositeur et officier français.

Zamenhof Lazare Louis, mail
(15 décembre 1859 - 14 avril 1917)
Créateur de la langue universelle l’Esperanto


revenir en haut

illustration1
illustration2

Les RDV !

Mardi 30 Mai 2017
Groupe « parents d’ados »
Mercredi 31 Mai 2017
Semaine du Développement durable
Mercredi 31 Mai 2017
Plantation collective de potirons
Vendredi 02 Juin 2017
Expo. des travaux des élèves de l’école Ferry
Samedi 03 Juin 2017
Les Racont’arts 
Samedi 03 Juin 2017
Atelier cuisiner sans se ruiner
Samedi 03 Juin 2017
Atelier numériclic ados-adultes
Samedi 03 Juin 2017
NUIT AFRO
Mardi 06 Juin 2017
Apéritif littéraire
Mercredi 07 Juin 2017
SORTIE SENIORS
Vendredi 09 Juin 2017
SORTIE SENIORS
Samedi 10 Juin 2017
Exposition « Agroressources, le champ des possibles »
Samedi 10 Juin 2017
Fête de l’école Raymond Berniolle
Samedi 10 Juin 2017
Soirée pizzas
Mercredi 14 Juin 2017
CONSEIL DES HABITANTS : réunion de travail
Samedi 17 Juin 2017
Fête de l’école Lucie Aubrac
Samedi 17 Juin 2017
Atelier parents / enfants / ados
Samedi 17 Juin 2017
Atelier numérique
Samedi 17 Juin 2017
De bouche à oreilles "atour de l'art"
Dimanche 18 Juin 2017
Commémoration de l’appel du 18 juin
Dimanche 18 Juin 2017
Gala de danse
Dimanche 18 Juin 2017
Gala de danse
Lundi 19 Juin 2017
Portes ouvertes de l'école de musique et de danse
Lundi 19 Juin 2017
Portes ouvertes de l’École de musique
Mardi 20 Juin 2017
Fête de la musique
Mercredi 21 Juin 2017
Un été au jardin
Lundi 10 Juillet 2017
Fête de l’école Raymond Berniolle
ste-savine