Charpente, toiture, maçonnerie…, pendant trois ans, la Ville va engager d’importants travaux de rénovation de l’église, avec le soutien de l’État, de la Région Grand Est et du Département de l’Aube.

 

 

 

 

 

 

 

TROIS ANS DE RÉNOVATION
En 1923, le clocher est remis en état et de nombreux travaux sont engagés à l’issue des deux Guerres Mondiales. Près de 100 ans après ces premières restaurations, il y a aujourd’hui nécessité et urgence à en entreprendre de nouvelles pour préserver l’édifice.


En effet, la mauvaise évacuation des eaux de pluie, la fuite des chéneaux (gouttières), le manque d’étanchéité des fondations du bâtiment et l’absence de tuiles, sont la cause d’importantes infiltrations d’eau dans les murs et les sols. La dégradation des murs et le développement de la mousse, d’algues de salissures sur le seuil de l’église, en sont les conséquences directes.


Le beffroi, qui referme trois cloches du XVIIème et XVIIIème siècles, est correctement conçu mais ses assemblages sont défectueux. Le pan de bois qui forme la structure du clocher ne garantit pas sa stabilité. L’ouvrage est alors fragilisé et entraîne une déformation visible de son clocher.


Enfin, les toitures hautes (nef, chœur et transept) sont à bout d’usage. Celles des chapelles sont dans un meilleur état, mais présentent de multiples défauts (tuiles, scellements des faîtages abimés…).


UN FINANCEMENT PARTAGÉ
Pour engager ces travaux d’envergure tout en maîtrisant le reste à charge pour la commune, la Ville bénéficie de co-financements. Le coût total de l’ensemble des travaux est de 1 885 000€ divisés en trois phases. Pour la première tranche, débutée mi-septembre, 248 000€ ont été accordés par l’État, 130 000€ par la Région Grand Est, 105 600€ par le Département de l’Aube et 143 000€ engagés par la Ville sur ses fonds propres.


LA RESTAURATION
L’église étant classée Monument historique depuis 1921, les opérations sont placées sous le contrôle de l’Architecte des Bâtiments de France.


Des études ont été menées fin 2017 avec l’agence Pierre Bortolussi, cabinet d’architecte du patrimoine afin d'analyser l'état actuel de l'édifice et ainsi trouver des solutions de restauration pérennes. Trois entreprises ont été retenues pour réaliser les travaux d’assainissement des maçonneries de restauration des toitures. Parmi les ouvrages réalisés, les charpentes seront consolidées ou remplacées. Certaines couvertures de toit devront être refaites à neuf.


Les éclairages de mise en valeur du clocher seront repositionnés, ainsi que les gouttières, pour faciliter l’écoulement des eaux. Des grillages anti volatiles seront ajoutés.


Le Triptyque Scènes de la vie de la Vierge, œuvre picturale remarquable créé en 1533 et classée au titre des Monuments Historiques en 1894, fait lui aussi l’objet d’une restauration dans le cadre de la politique de préservation du patrimoine culturel de la ville. Une première phase de travail a été entamée sur cette œuvre d’art en atelier, par une équipe composée de spécialistes en restauration d’œuvres anciennes. L'intervention porte notamment sur la dépose de la structure métallique, le remontage et le traitement des encadrements et le refixage des couches picturales des panneaux. L'opération portée par la Commune est estimée à un montant total de 76 600€ avec le soutien de l’État via la Direction Régionale des Affaires Culturelles, du Département de l'Aube et à titre exceptionnel, de la Région Grand Est ; cette opération de restauration du monument étant engagée en même temps que celle de l’œuvre qui y est exposée.

TRIPTYQUE DE JOAQUIM ET DE SAINTE-ANNE

Ce triptyque, classé aux Monuments historique en 1894, fait l’objet d’une restauration de 3 ans.

 

Retrouvé dans un grenier en mauvais état après la Seconde Guerre Mondiale, il a été restauré entre les années 1950 et 1960, avec les moyens de l’époque. Exposé dans l'église de Sainte-Savine, son état s’est dégradé ce qui conduit aujourd'hui la ville à engager une nouvelle restauration de cette œuvre datant de 1533.

 

La restauration concerne :

  • les encadrements (refixage des couleurs, remontage et traitement des encadrements)

  • les tableaux (nettoyage et refixage des couches picturales)

  • la structure des panneaux (nettoyage et consolidation des trois panneaux)

 

Depuis le premier trimestre 2021, ce tableau est en restauration au sein des ateliers de restauration des Musées de France (C2RMF), dans les petites écuries du roi à Versailles.

Les équipes de professionnels encadrées par Sophie Deyrolle et Juliette Mertens, ont nettoyé les peintures des tableaux, ce qui a permis de retrouver les couleurs et dorures originelles. Des éléments comme l'ange ont pu être redécouverts.

 

Par ailleurs le bois du cadre s’est arqué avec le temps et ne rentre plus dans le cadre. Une pose de renforts à l’arrière et une réadaptation du cadre ont été nécessaires pour pouvoir par la suite réassembler l’ensemble de l’œuvre.

                                                                                                                  

Coût de cette restauration : 76 600 € dont 60% sont financés par l’État.

LES GRANDES PHASES DE LA RESTAURATION

2021-10-19-0092.jpg

 CONTACT 
SERVICES TECHNIQUES - 1 rue Lamoricière

03.25.71.39.70
accueil.st@ste-savine.fr

Phase 1 : Clocher et beffroi
Durée : 10 mois – Sept.2021
Stabilisation de l’ensemble de la structure et consolidation du beffroi. Restauration du triptyque.


Phase 2 : Nef et Chapelles Ouest
Durée : 12 mois – Juil.2022
Restauration de la toiture de la Nef et des Chapelles Ouest.


Phase 3 : Choeur et Chapelles Est
Durée : 12 mois – Juil.2023
Restauration de la toiture du choeur et des Chapelles Est